Jean-François Antonioli

Session 1

Résumé du parcours du pianiste Jean-François Antonioli

site officielJe m'inscris

Jean-François Antonioli pianoJean-François Antonioli, suisse d’origine nord-italienne, est né à Lausanne en 1959. Après des études avec Fausto Zadra, un disciple du légendaire Vincenzo Scaramuzza (1er Prix de Virtuosité au Conservatoire de sa ville natale), il se perfectionne durant 3 ans à Paris, auprès de Pierre Sancan. Outre ces professeurs principaux, deux autres rencontres furent déterminantes pour son parcours artistique: celle avec Bruno Seidlhofer, référence de la musique viennoise, et celle avec Carlo Zecchi (Rome), lui-même disciple de Busoni et Schnabel, qui l’incitera à jouer les 21 concerti de Mozart.

Invité à se produire comme pianiste, en récital ou avec orchestre, dans de nombreux centres musicaux de 20 pays sur les 4 continents, il débute aux Etats-Unis en 1991 avec le National Symphony Orchestra de Washington. Il participe à des festivals internationaux tels que ceux de Montreux-Vevey (cinq fois), Lucerne (IMF), l’Orpheum Soloists à Bad Ragaz, Radio France à Montpellier, Jeunesse Festival au Konzerthaus de Vienne, Merano et Sorrento en Italie, Dubrovnik, Zadar et Varazdin en Croatie, le Beogradski Prolecni Pijanisticki Festival en Serbie, Enesco et Lipatti en Roumanie, Pecs Napok en Hongrie, Lanaudière et le Festival d’Eté de Québec au Canada, The Birmingham Festival of Arts et celui de Wolf Trap à Washington. Ses prestations radiophoniques sont relayées dans de nombreux pays, notamment par l’Union Européenne de Radiodiffusion et la Communauté des radios publiques de langue française.

Sa discographie pianistique (chez Claves, Timpani, Musiques Suisses) comprend les œuvres d’Arthur Honegger et de Jean Perrin, les 24 Préludes de Debussy ainsi que des oeuvres de Busoni et Joachim Raff pour piano et orchestre. Son 1er disque, consacré aux œuvres pour piano et orchestre de Frank Martin, fut d’emblée distingué par un Grand Prix international du Disque de l’Académie Charles Cros à Paris (1986), avant d’être nommé parmi les 20 meilleurs disques de l’année, sélectionnés par 50 critiques du monde entier, en vue de l’IRCA à New-York.

Son activité de chef d’orchestre se développe dès 1988. Chef invité permanent de la Philharmonie de Timisoara entre 1993 et 2002, il fait à la tête de cet ensemble plusieurs enregistrements ainsi que des tournées dans divers pays d’Europe et au Brésil. Il assume souvent la direction et la partie solistique simultanément, notamment dans le cycle intégral des 21 concertos de Mozart, mais aussi dans ceux de Bach, Haydn et même Chopin. En avril 95, à l’ Athénée de Bucarest, l’Unesco et le Ministère roumain de l’éducation lui confèrent une médaille Dinu Lipatti en signe de haute appréciation. Plusieurs disques attestent de cette collaboration: le de Profundis de Jean Perrin, les Concerti pour clarinette de Weber (solo: Frédéric Rapin), et deux premières : de Honegger, commandités par le légendaire mécène Paul Sacher, Amphion et L’Impératrice aux Rochers; de Busoni, Brautwahl-Suite et Geharnischte Suite. Avec l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, un double album de l’œuvre symphonique de Jean Cras paraît en 1997, aussitôt remarqué par la presse spécialisée (5 Diapasons et 10 de Répertoire); c’est à  nouveau un Grand Prix International du Disque de l’Académie Charles Cros. A Berlin, il a enregistré récemment la tête de la Potsdamer Kammerakademie 4 concerti de Jean Perrin (piano, violon, violoncelle, trombone, avec de brillants solistes).

Jean-François Antonioli enseigne le piano au Conservatoire de Lausanne-Haute Ecole de Musique. Il donne des Master-Classes au Conservatoire royal de Bruxelles (1999), à la Faculté de Musique de l’Université de Timisoara, sur l’Ile San Giulio du Lac d’Orta en Italie (1986-2003), à l’Académie de Musique de Sion (Festival Tibor Varga 1991-94), à l’European Piano Teachers Association Summer School à Dubrovnik en 1999 et 2001, à l’Institut de Ribaupierre à Lausanne dès 2004 et à l’Ecole Normale de Paris-Alfred Cortot pour Paris Piano New-York depuis 2006.

Divers concours internationaux l’invitent à siéger dans leurs jurys. Dès 1995, il crée un séminaire estival sur la musique concertante de Mozart pour jeunes solistes avec orchestre en collaboration avec l’Université de Timisoara, auquel la Télévision Bayerischer Rundfunk de Munich consacra un reportage en 1997.

On lui doit, au piano comme à la baguette, plusieurs créations d’auteurs tels que Honegger, Lipatti, Perrin, Balissat, Fries, Metianu, Scolari, Derbès, Kovach, ainsi que la première audition européenne du désormais célèbre Prélude de Dutilleux, Le Jeu des Contraires (1989) et plusieurs premières discographiques (œuvres de Martin, Perrin, Honegger, Cras, Derbès, Balissat, Chalier, Kovach, Fries, Gaudibert).

Deux films du cinéaste allemand Walter Wehmeyer ont été consacrés à l’activité de Jean-François Antonioli et ont été diffusés sur diverses télévisions d’Europe : La vocation de l’écoute  (2000) et Des yeux qui écoutent (2002).

En novembre 1999, Jean-François Antonioli est élu membre de l’Académie Centrale Européenne de Science et d’Art.

Ses deux derniers enregistrements de Chopin, Brahms et Fauré pour le label allemand Klanglogo ont été très remarqués, notamment par la grande revue new-yorkaise Fanfare :
« Son approche de la musique rappelle à la fois celles de Dinu Lipatti, Wilhelm Kempff et Maria Tipo mélangées ensemble et sa performance est tout autant satisfaisante…Il ne serait guère exagéré de décrire Jean-François Antonioli comme l’équivalent pianistique du baryton français Charles Panzera ou de la soprano américaine Benita Valente. Il y a une qualité phonémique à chaque note et chaque phrase qui se dégage, comme si nous écoutions une conversation privée… Il s’agit sans aucun doute d’un des plus beaux récitals enregistré sur CD de ces dernières décennies, et certainement un des meilleurs de l’année. Aucune sélection ne peut se permettre d’exister sans cet enregistrement. »

En octobre 2008 est paru chez Timpani à Paris l’œuvre intégrale pour piano d’Arthur Honegger, enregistré à la demande expresse de la fille du compositeur.